1969-2019 home
Robitaille Michel

Michel Robitaille

Gestionnaire et ancien diplomate
Sciences humaines, 1986

C’est l’histoire d’un étudiant de troisième année en Loisirs et sports qui, en 1974, est parti en Louisiane pour enseigner le français pendant dix mois. C’est l’histoire d’un homme qui n’est jamais revenu. C’est l’histoire fascinante d’un des plus importants diplomates de l’histoire québécoise.

Très engagé dans le scoutisme, le jeune Michel Robitaille souhaitait devenir animateur socioculturel. De nature timide et réservée, il a gagné en assurance pendant ses études au Cégep. « C’est à Rivière-du-Loup que j’ai pris mon envol. Participant à la naissance du Cégep, nous avions le sentiment que tout était possible. Nous expérimentions toutes sortes de choses », se souvient le natif de Québec, qui peut s’enorgueillir d’avoir démarré la première boite à chansons en ville dans le bar Le Louperivois.

À l’invitation du ministère de l’Éducation de la Louisiane, qui cherchait des moniteurs de français, il a mis le cap vers le pays de Zachary Richard avant même de réussir ses derniers cours. Un an plus tard, il devenait conseiller pédagogique. En 1977, il était recruté comme attaché aux affaires publiques à la Délégation québécois à Lafayette, mettant les bras dans un prestigieux engrenage.

Michel Robitaille a gravi, l’une après l’autre, les marches de l’escalier montant jusqu’au plus haut étage de la diplomatie. « J’ai eu la chance d’apprendre sur le terrain. Aujourd’hui, ce ne serait plus possible d’avoir un cheminement comme le mien. Les profils sont plus cadrés. Mes études en loisir m’ont quand même ouvert des horizons et inculqué le gout de l’organisation », reconnait celui qui a finalement terminé son DEC par correspondance en 1986.

Après avoir travaillé dans les délégations de Bruxelles et Los Angeles, il a occupé le poste de Délégué général du Québec à New York, de 2002 à 2007. De 2010 à 2016, il a dirigé la délégation de Paris, considérée comme « le vaisseau amiral » de la diplomatie québécoise. À ce titre, le fonctionnaire, reconnu pour son dynamisme et sa persévérance, a d’ailleurs assumé la présidence du Groupe des ambassadeurs francophones de France. En 2018, il a d’ailleurs été décoré de la Légion d’honneur, une récompense rare.

« Cette carrière m’a amené à faire la promotion de ce que le Québec a de meilleur et à soutenir des artistes, des sportifs, des scientifiques et des gens d’affaires d’ici dans leurs projets à l’étranger, en leur faisant rencontrer les bonnes personnes », résume Michel Robitaille, qui mérite une part de crédit dans la carrière internationale du Cirque du Soleil, qu’il a contribué à lancer pendant son séjour à Los Angeles.

Depuis 2016, Michel Robitaille est de retour au bercail, selon sa volonté. Le grand-papa voulait se rapprocher de sa lignée. Il relève maintenant le « magnifique défi » de diriger, à la maison, les Offices jeunesse internationaux du Québec.

Avec la même énergie que l’ancien chef scout.