1969-2019 home
Parent Alexandre

Alexandre Parent

Météorologue
Sciences de la nature, 1997

Natif de Cacouna, « un village d’où l’on voit loin et d’où l’on voit venir », Alexandre Parent a toujours aimé observer les changements dans le ciel. Maniaque de golf, il scrutait surtout l’horizon pour éviter de se faire surprendre par la pluie au treizième trou…

Même si la météorologie lui trottait dans la tête depuis longtemps, c’est pendant ses études collégiales qu’il a confirmé son choix pour ce métier rare, que peu de gens pratiquent mais que tout le monde commente, beau temps, mauvais temps.

« J’ai surtout été marqué par mes cours de physique avec John Rice. J’étais fasciné par le fait qu’avec une toute petite équation, je pouvais arriver à prédire la distance que parcourrait une balle si elle était projetée avec tel angle, à telle vitesse. Cet enseignant m’avait un peu pris sous son aile et m’a aidé à m’orienter. »

Après son baccalauréat en Sciences atmosphériques et océaniques à l’Université McGill, Alexandre Parent a tout de suite été recruté par Environnement et Changement climatique Canada pour annoncer la pluie et le soleil. Il a décodé des cartes satellites à Halifax, Ottawa et Dorval, avant d’être nommé météorologue de sensibilisation aux alertes à Montréal, il y a un an et demi. Depuis, on l’entend régulièrement à la télé et à la radio commenter la prochaine vague de chaleur et la dernière tempête. « J’ai un rôle d’information auprès du public, mais aussi de liaison avec les organismes de mesures d’urgence et de santé publique, notamment en période de canicule ou d’inondation », décrit le porte-parole, qui a déjà accordé jusqu’à une cinquantaine d’entrevues au lendemain d’une bordée de neige particulièrement généreuse.

« Mon but est que les gens saisissent bien mon message et améliorent leurs connaissances liées à la science météorologique. Il y a un certain cynisme quant à l’exactitude de nos modèles, mais les gens continuent à consulter nos prévisions et à en faire leur sujet de conversation préféré. On ne doit donc pas avoir tout faux! » lance-t-il, un sourire dans la voix.