1969-2019 home
Lavoie Pierre

Pierre Lavoie

Musicien, historien et chroniqueur
Arts et Lettres, 2005

En 2003, Pierre Lavoie s’est inscrit au Cégep de Rivière-du-Loup dans le programme Arts et Lettres afin « de ne pas avoir à choisir entre les arts et les sciences humaines » et « d’éviter d’étudier en musique ». Étrange prémisse pour ce musicien membre du collectif folk Cheshire Carr. Bien que Pierre Lavoie n’ait jamais étudié directement la musique dans son parcours scolaire, elle en est le fil conducteur. Par le truchement du cinéma et de l’histoire, la musique sera plutôt son objet d’étude, ce qui l’amène aujourd’hui à la prestigieuse Université Yale où il fait un stage postdoctoral de recherche en histoire culturelle américaine.

Le cégep, là où tout se dessine
Cet Isle-Vertois ne tarit pas d’éloges sur son programme collégial et il affirme avec conviction qu’il doit beaucoup à son expérience collégiale qu’il qualifie de « terreau » : « Tout ce que j’ai fait remonte au cégep : je faisais de la radio, j’étais dans un band, j’ai participé aux évènements comme la Nuit de l’Interdit. Tout ça, en privilégiant dans mes travaux scolaires des recherches sur l’histoire du cinéma et de la musique. » 

La recherche comme métier
Le collégien Pierre Lavoie aimait se livrer à la rédaction de ses travaux scolaires. Il ignorait toutefois que l’on pouvait faire une carrière dans le milieu de la recherche, par exemple à titre de professeur universitaire. Bizarrement, celui qui admet avoir peu fréquenté la bibliothèque a choisi une carrière de chercheur. Après des études à l’Université de Montréal, il est maintenant chercheur professionnel à Yale pour deux ans. Il est affilié au département d’American Studies où il travaille avec Michael Denning, un historien de la culture populaire : « Je regardais les professeurs avec qui j’avais envie de travailler et j’ai été très chanceux parce que mon choix numéro un (que je ne pensais pas avoir) a accepté de faire les démarches de financement avec moi. » Ainsi, dans ses travaux, Pierre Lavoie s’intéresse à « la façon dont certains courants culturels que l’on perçoit comme nationaux sont finalement des phénomènes transnationaux, parce ce qu’ils ont des existences souvent comparables. » Au cœur de cette approche se trouve, bien sûr, la musique. Mais, pas n’importe laquelle : la musique country! Pierre Lavoie cherche à montrer que l'émergence de cette musique que l’on considère comme typiquement états-unienne est une réponse à des phénomènes socio-culturels semblables à l'émergence de la musique des soirées canadiennes (oui, oui, La Bolduc) et les chansons de ranch (les rancheras) au Mexique.

Du studio du Carrefour aux studios de Radio-Canada
Il a fait ses premières armes à la radio étudiante du Cégep pendant l’heure du dîner pour poursuivre à CISM, la radio de l’Université de Montréal, où il animait Rodéo Tendresse, une émission sur - on s’en doute - la musique country western avec Samuel Mercier, un autre de nos diplômés. En 2017, une conférence qu’il a donnée au Congrès de l’Institut d’Histoire de l’Amérique française a été sa porte d’entrée radio-canadienne puisqu’elle lui a permis d’être approché par Caroline Morin, recherchiste à l’émission Aujourd’hui l’histoire. Depuis, on peut l’entendre intervenir à titre de spécialiste sur différents sujets de la culture populaire à ICI Radio-Canada Première où il traite souvent de grandes idées par l’entremise de personnages issus de la culture populaire.