1969-2019 home
Farman Olga

Olga Farman

Avocate et directrice associée
Sciences humaines, 1997

Durant son enfance, Olga Farman remportait haut la main les concours oratoires du Club Optimiste, ces épreuves qui faisaient claquer les genoux de tant d’écoliers timides. Aujourd’hui, elle fait partie des meilleures avocates en droit de la santé au Canada. C’est une suite logique.

Si elle savait depuis toujours qu’elle se dirigerait vers le domaine de la justice, la Louperivoise ignorait que sa carrière connaitrait la vitesse de propulsion d’une comète. À 37 ans seulement, l’avocate spécialisée en droit commercial et en droit des sociétés prenait la tête du bureau de Québec du cabinet mondial Norton Rose Fulbright, qui emploie 125 personnes.

« J’ai toujours été très ambitieuse, mais j’ai toujours attendu que les occasions se présentent à moi. Quand elles passent, je ne les manque pas, soutient la détentrice d’un MBA en gestion des entreprises de l’Université Laval. Si je fonce avec intensité dans 1001 projets, c’est parce que je me suis toujours sentie appuyée. Je n’ai jamais été complexée par le fait d’être une femme ou une fille d’immigrante. Cette confiance s’est construite en moi à Rivière-du-Loup, notamment au Cégep, où je ne me suis jamais sentie différente. »

D’origine iranienne, son père a enseigné la littérature française pendant des décennies au Cégep de Rivière-du-Loup. Olga Farman a d’ailleurs été marquée par ses échanges inspirants avec le noyau de professeurs de ce département. « Tant dans leurs cours qu’à l’extérieur, ils m’ont ouvert des portes intellectuelles. Ils me faisaient rêver. Chacun à sa façon, ils m’ont pris sous leur aile. Grâce à eux, mon engagement dans le domaine culturel est une priorité », déclare cette administratrice du Musée de la civilisation.

Fidèle à l’étudiante curieuse et énergique qu’elle était, Olga Farman se fait un point d’honneur de s’investir avec cœur dans sa communauté, même si son horaire se compare à « un chaos bien organisé ». Cette maman accomplie a notamment coprésidé cette année le Rendez-vous annuel des gens d’affaires de Québec et participé à L’effet A, une initiative pour encourager l’engagement professionnel des femmes.

En 2019, elle apparait au palmarès des 100 Canadiennes les plus influentes du Réseau des femmes exécutives (Women's Executive Network).